DevaNsens
massages bien-etre
My video
massage

massage (44)

{loadmodule [Other Pages Menu ]}

Je vous propose des astuces afin d'apaiser vos poussées de stress et crises de panique grâce à des gestes simples et des produits naturels.

 

  • Respirez carré.

Lorsque nous sommes angoissés, notre respiration s'accélère, mais elle prend un rythme inefficace et superficiel. Nous inspirons et expirons beaucoup plus d'air, et de manière beaucoup plus rapide. Ce qui fait que nous accumulons du gaz carbonique et manquons d'oxygène. Les troubles physiologiques de l'anxiété sont liés à ce phénomène. Les mains moites, l'estomac noué viennent des contractures provoquées par cette respiration saccadée. Les muscles se contractent, le cœur bat plus vite parce qu'il appelle plus d'oxygène. Il est possible de casser ce processus d'hyperventilation avec la "respiration carrée": inspirez par le nez sur quatre temps (en comptant jusqu'à quatre). Bloquez la respiration sur quatre temps. Soufflez par le nez sur quatre temps. Bloquez à nouveau sur quatre temps. Cette technique fait tomber la crise en quelques minutes à peine, en ré-oxygénant le corps.

 

  • Les points de pression de votre pouce.

En réflexologie, l'anxiété résulte d'un déséquilibre corps-esprit qu'il est possible de corriger en stimulant des points de pressions. Sur les ongles des pouces se trouvent des zones réflexes liées à l'hypophyse. Pour faire tomber l'angoisse, appuyez sur l'ongle d'un pouce, maintenez la pression pendant une trentaine de secondes, puis recommencez de l'autre côté. Faire pression au-dessous des pouces, sur le côté charnu de la main, permet aussi de diminuer la tension nerveuse et la sécrétion d'adrénaline. Il suffit de poser le pouce gauche sur la paume de la main droite et d'appuyer doucement quelques minutes, puis de faire le même geste de l'autre côté.

 

  • Alternez vos respirations.

Pour apaiser une crise d'anxiété très rapidement et de façon naturelle en quelques minutes, je vous recommande cette technique. Elle vous apprendra à calmer votre esprit, à libérer la tension et à traiter la fatigue:

- Placez le pouce de votre main droite sur le côté droit de votre nez et votre annulaire sur le côté gauche.

- Commencez par bloquer le côté gauche de votre nez (avec votre annulaire, "fermez" votre narine gauche) et inspirez profondément par le côté droit, retenez votre respiration, puis bloquez le côté droit de votre nez (avec votre pouce, "fermez" votre narine droite et libérez votre narine gauche) et expirez par le côté gauche.

- Vous devrez retenir votre respiration pendant quatre secondes entre chaque changement de côté.

- Alternez les inspirations et les expirations entre les deux côtés pendant quelques minutes et la crise d'anxiété se dissipera très rapidement.

 

  • Recadrez vos pensées.

Il s'agit de mettre en évidence des pensées automatiques très angoissantes et de les détourner en interprétant différemment des symptômes physiologiques de la panique: accélération cardiaque, nausées, vertiges. Par exemple, si vous pensez à un infarctus quand votre respiration s'accélère, souvenez-vous de la dernière fois où vous avez monté des escaliers quatre à quatre et rappelez-vous que votre respiration s'est accélérée.

 

  • Inhalez la sérénité.

Les huiles essentielles agissent sur le cerveau limbique, siège des émotions et de la mémoire. Vous pouvez appliquer à l'arrière du cou deux ou trois gouttes d'huile essentielle d'orange: elle calme les tensions Vous pouvez aussi déposer quelques gouttes d'huile essentielle de lavande sur votre oreiller le soir ou sur un mouchoir. Inhalée, cette essence déclenche des ondes cérébrales lentes que l'on retrouve dans certains états de grande détente. Quand la crise d'angoisse monte, je vous propose de respirer à même le flacon de l'huile essentielle de marjolaine à coquille pour équilibrer le cerveau, ou de l'huile essentielle de verveine citronnée pour un effet apaisant, sédatif et régulateur du système nerveux.

 

  • Respirez par le ventre.

Il s'agit de lutter contre l'hyperventilation en augmentant la pression au niveau de l'abdomen. Ce qui va comprimer le diaphragme vers le haut. Le pousser écrase légèrement le cœur, qui se trouve juste au dessus et le ralentit. Cette technique demande un peu d'entraînement. En positions assise, posez une main sur votre poitrine et l'autre sur le ventre. Inspirez et expirez par le nez en gonflant le ventre tout en essayant de ne pas faire bouger la partie haute de thorax. Continuez en reposant les mains sur les cuisses jusqu'à ce que vous sentiez le calme revenir.

 

  •  Imitez Wonder Woman.

Debout, ben droit, les pieds écartés un peu plus que la largeur des épaules, les mains sur les hanches avec les coudes écartés vers l'extérieur ou en core mieux (mais plus risqué qu on craint le ridicule) les bras écartés vers le ciel en V de la victoire, fixez le regard légèrement au-dessus de la ligne d'horizon pendant cent vingt secondes. Cette position modifie le taux de sécrétions hormonales. Le cortisol, hormone dont le taux s'élève trop en cas de grand stress, va baisser de manière significative, et celui de testostérone, régulateur de l’humeur, va augmenter. Une posture idéale au réveil pour affronter la journée.

 

  • Fixez vos pieds.

Dans les situations de danger potentiel, je vous conseille de concentrer votre attention sur vos pieds, car se sont eux qui vous maintiennent au sol. Vous pouvez aussi serrez très fort un objet. Votre anxiété est une énergie qui doit vous servir de moteur à ce moment précis. Mobilisez alors votre attention sur l'action: repérez les issues de secours ou les éléments derrière lesquels vous pourriez vous abriter. L'idée est d'aiguiser vos sens et d'être prêt à agir.

 

  • Tapotez-vous.

Inspirée de l’acupuncture et de la médecine traditionnelle chinoise, cette technique consiste à stimuler certains points du corps correspond à des zones énergétiques en les tapotant, tout en se focalisant sur ce que l'on éprouve. Ce tapotement s'effectue au moment où vous ressentez anxiété ou angoisse. Pour qu'il soit efficace, je vous recommande de vous entraîner pour être plus efficace en cas de besoin. Cette technique ne prend pas plus de deux à trois minutes. En situation de crise, tapotez cinq à dix fois avec deux doigts, dans l'ordre: la racine des sourcils, sous les yeux; sous les bras, sous les aisselles, puis sous la tête des clavicules: puis sur le côté de l'ongle de l'index de la main droite proche du pouce, puis à nouveau sur les têtes de la clavicule.

 

  • Stimulez le thymus.

Organe clé pour le système immunitaire, appelé "le point du bonheur", le thymus se situe sous le cou, un peu en dessous du point situé entre les deux clavicules, près du sternum dans le haut de la poitrine, où il centralise une bonne partie de l'énergie du corps. Le stimuler réduit le stress. Je vous recommande d'effectuer cet exercice en cas de crise d'angoisse et de sourire largement en tapotant le thymus pendant dix à quinze secondes.

 

  • Prenez des Fleurs de Bach.

Dans votre trousse idéale d'urgence, vous pouvez aussi avoir du Rescue. C'est un grand classique qui fonctionne bien. Au début du XXème siècle, le Dr Edward Bach, médecin anglais, a travaillé sur la création d'élixirs floraux. A travers 38 élixirs individuels il a construit des remèdes floraux correspondant à l'ensemble des émotions humaines. Le Rescue est le 39 élixir élaboré, lui, avec cinq fleurs. Contre l'anxiété générale, vous pouvez prendre quatre gouttes quatre fois par jour directement dans la bouche. En cas de crise d'angoisse, n'hésitez pas à prendre quatre gouttes de la même façon, toutes les dix minutes, jusqu'à amélioration de l'état général. En cas de grande panique ou d'anxiété paralysante, la version spray permet de dégainer plus vite: un pschitt sous la langue pour chaque bouffée de stress ou d'anxiété.

 

  • Massez vous en douceur.

Pour un équilibre complet et pour limiter l'anxiété, je vous suggère de composer le mélange suivant: une goutte d'huile essentielle de basilic, une goutte de marjolaine et une goutte d’ylang-ylang diluées dans quelques gouttes d'huile végétale de sésame ou de germe de blé. Deux à trois fois par jour, massez-vous le plexus solaire avec votre composition maison.

 

 

 

 

La maladie grave d'un proche et les errances médicales qui émaillent son parcours de soin se répercutent sur l'équilibre physique et émotionnel de son entourage.

Anxiété, colère, fatigue... Pour être présent auprès de lui sans s'épuiser, ceux que l'on appelle aujourd'hui les aidants doivent impérativement penser à eux afin de recharger leurs batteries.

 

Rester fort. Tenir le coup. C'est avec ces leitmotivs que nous tentons d'entourer au mieux notre conjoint, notre enfant, nos parents ou un ami atteint d'un cancer, d'un AVC, de la maladie d'Alzheimer ou d'une autre pathologie au pronostic inquiétant. Mais cette exigence envers nous-même ne tient pas toujours compte de nos propres limites. Quel que soit notre dévouement, une telle épreuve génère un stress énorme. Moral en dents de scie du malade, démarches administratives, allers-retours quotidiens à l'hôpital, pêche aux informations auprès des blouses blanches...

Tout cela s'accumule et épuise. Faciles à prendre (en général trois ou quatre gouttes trois fois par jour), les élixirs floraux apportent un soutien particulièrement pertinent durant cette épreuve de vie, sans s'exposer au moindre risque puisque leur mode d'action repose sur l'énergie vibratoire transmise par la plante.

 

Des sentiments ambivalents.

Ainsi, celui du marronnier rouge, arbre dont les fleurs à la couleur intense évoquent une sensibilité exacerbée, peut aider à ne pas se laisser envahir par la souffrance d'un être cher. Bouleversé par son état de santé, on confond parfois empathie et projection de ses propres angoisses. Cet élixir anti-inquiétude permet d'en prendre conscience. Il devient alors possible de s'impliquer avec mesure afin de l'épauler avec compassion, mais aussi plus de recul et d'efficacité.

A trop vouloir se mettre à la place du malade, on en oublie qu'il éprouve lui aussi le besoin de se sentir utile. Et qu'il en a sans doute les capacités malgré la fatigue, les douleurs ou le handicap. L'attitude de l'aidant trop plein d'amour et d'autorité qui a tendance à opérer des choix à sa place, voire l'infantiliser, rappelle celle des premières fleurs de chicorée, qui empêchent les autres plantes de pousser en se développant à l'horizontale. L'élixir de cette fleur instille une relation moins possessive afin de rendre au malade sa liberté de décision.

La peur de perdre un proche ou la tristesse de le voir changer par sa maladie peuvent aussi générer un sentiment de colère refoulée. Si certains en veulent au Bon Dieu, d'autres reprochent inconsciemment à la personne qu'ils chérissent de leur en faire voir de toutes les couleurs. L'élixir de mimulus écarlate (leur roue-orangé vif en forme de gueule) calme cette colère intérieure ainsi que le honte que l'on ressent à l'idée même d'en vouloir à une personne malade. Il invite à comprendre et à accepter ses propres émotions négatives, passage obligé pour s'en libérer.

Admettre son impuissance est difficile. On se croit fort, comme le chêne, cet arbre capable jusqu'à la fin de sa vie de continuer à nourrir les autres êtres vivants qui l'entourent. Son élixir floral apporte la détente et le lâcher-prise nécessaires aux aidants adeptes de la formule "Je vais m'en sortir" quitte à aller au bout de leur réserve d'énergie. Craquer, pleurer... c'est bien légitime. Cet élixir les incite à ne plus refuser la main tendue des amis, des voisins ou d'associations et s'accorder du repos.

 

Rivalité non dite.

Mais certains ont du mal à laisser les assistantes de vie, voire les aides-soignants, s'occuper de leur proche. Les voir toucher le corps de celui qu'on "a dans la peau" les dérange. Pour sortir de cette rivalité non dite, l'ortie est l'idéale. Le cueilleur en connaît le caractère urticant tandis que le phytothérapeute lui trouve mille vertus. 

En élixir floral, elle transmet sa force d'apaisement lors d'interactions au sein d'un groupe. Elle facilite la communication et la coopération entre les différentes personnes qui prennent en charge le malade.

Les incertitudes quant à la progression de la maladie engendrent d'importantes angoisses. Souvent, les souvenirs et les projets refont surface. 

 

Prendre soin de soi.

Il encourage les aidants les plus introvertis à se laisser aller à la confidence. Même en bonne santé, on a le droit de se plaindre ! D'autre part, il est bon de s'accorder un peu de temps de répit, message qu'envoie la fleur de pissenlit. Quelques gouttes de son élixir transmettent cette bouffée d'égoïsme salutaire pour recharger les batteries.

Soutenir un grand malade n'empêche pas d'avoir de la considération pour soi. Le buis, dont l'histoire ancestrale et la symbolique sont associées aux notions de résistance et d'intégrité face aux difficultés extérieures, vient le rappeler. Il sait résister sans se soumettre. S'adapter aux contraintes. Ainsi, son élixir floral donne la force d'affronter la situation tout en étant soi-même, fidèle à ses aspirations et besoins. Continuer à sortir et à sourire amène d'ailleurs un peu de vie dans l'existence plus sombre du malade. Celui que nous cherchons à protéger l'accepte souvent mieux que l'on l'imagine. Et il en va aussi de notre propre santé.

 

Quelques fleurs pour le malade.

Eux aussi peuvent bénéficier du pouvoir harmonisant des élixirs floraux sans aucun danger. Ainsi, ceux qui dénient la gravité de leur état de santé disposent de la clématite, fleur qui permet de se connecter au présent et de s'ancrer dans la réalité.

La tendance à vouloir à tout prix faire bonne figure et à minimiser l'importance de sa maladie pour protéger son entourage correspond à l'aigremoine, élixir clé pour ôter son masque et accepter ses souffrances intérieures.

Quand c'est au contraire le repli sur soi qui prédomine, optez pour le mimosa, car il favorise l'ouverture aux autres dans les périodes de découragement.

L'églantier, lui, donne aux plus résignés incapables de se battre l'élan et le dynamisme afin de dire "oui" à la vie. 

Je cite aussi la brunelle, fleur de guérison intérieure: elle aide à mobiliser ses propres ressources pour optimiser l'effet es soins médicaux.

J'attache une réelle importance à prodiguer vos soins avec des produits bio et naturels.

C'est pour cette raison que mon partenaire "Les Douces Angevines" et moi-même venons éclaircir vos interrogations sur les allergènes dans la compositions d'un produit cosmétique bio et naturel:

 

Au premier abord, les termes «benzyl benzoate», «benzyl alcool», peuvent interroger, voire inquiéter.

Que signifient ces mots pas toujours très engageants ?

Que sont ces molécules, et qu’est-ce qui fait que des applications cosmétiques en vogue actuellement ne peuvent qu’induire en erreur sur la réelle qualité d’un produit ?

 

En ce qui concerne nos produits, nos compositions sont 100% naturelles, nous n’ajoutons aucun conservateur, aucune molécule synthétique.

Nos cosméto-fluides sont composés d’huiles végétales bio de première pression à froid, de macérations de plantes fraîches et/ou sèches, et d’huiles essentielles.

 

Rien de plus.

 

LES ALLERGÈNES

Depuis 2005 dans l’UE, 26 substances parfumantes et actives pour leurs propriétés bénéfiques, doivent figurer  dans la liste INCI dès que leur concentration dépasse les 0,001% dans un produit cosmétique non rincé. Ceci pour protéger les personnes qui sont allergiques à ces substances.

La présence d’allergènes dans un produit cosmétique est susceptible de provoquer des allergies uniquement sur les personnes qui sont sensibles à ce constituant, cela ne signifie pas que sa fonction est de provoquer de telles réactions. Comme le résume très bien l’association Cosmebio dans un article sur les allergènes en cosmétique, et leur note par les applis cosmétiques en vogue actuellement :

”Les allergènes du parfum sont aux cosmétiques ce que les fruits à coque sont aux produits alimentaires. On les mentionne sur les packagings pour sécuriser les personnes qui ne les supportent pas, mais ils ne sont pas dangereux pour les personnes non allergiques. En alimentaire, la présence de ces allergènes n’affecte pas la note globale du produit. Alors pourquoi le faire en cosmétique ?”  (Article “Les allergènes du parfum en cosmétique” site cosmebio.org sept18)

Les éléments que nous indiquons sont des molécules contenues naturellement dans certaines huiles essentielles.

Ainsi tout ce que nous indiquons sous le nom : linalool, geraniol, eugenol, benzyl benzoate, citronellol, farnesol, benzyl salicylate, citral, limonene, benzyl alcohol… sont des substances présentes dans certaines huiles essentielles. Elles font naturellement partie de leur composition.

Elles sont en général identifiées par une analyse très particulière de l’huile essentielle : la chromatographie en phase gazeuse.

Ces molécules aromatiques une fois scientifiquement identifiées, peuvent être reproduites synthétiquement.

Elles sont utilisées dans l’industrie, pour un coût très inférieur à une huile essentielle complète et pure.

 

Pour ce qui est du terme “allergène”, il est donc important de faire la différence entre les molécules naturelles contenues dans certaines huiles et les molécules de synthèse issues de la chimie industrielle.

Dans une huile essentielle, la molécule aromatique dite “allergène” fait partie d’un nombre très important d’autres constituants (plus de 300 pour la Sauge Sclarée par exemple) qui forment un tout homogène, naturellement caractéristique de la plante. Ce tout possède ses propriétés équilibrées, temporisées par chacun de ses multiples constituants.

Or, “exclues de leur contexte, les molécules chimiquement recrées (même si elles ont le même nom que leur modèle naturel) présentent une efficacité moindre et sont, en général, mal tolérées, probablement en raison de la présence d’intermédiaires de synthèse ou de l’absence de principes temporisateurs.” (L’aromathérapie exactement-Franchomme, Dr Pénoël).

Les molécules recréées chimiquement porteront le même nom dans la liste des ingrédients que les molécules naturelles. C’est la raison pour laquelle nous précisons sur nos compositions «contenu naturellement dans certaines huiles essentielles ».

Les huiles essentielles que nous utilisons sont bien entendu pures et naturelles, et pour la plupart bio (les autres sont issues de plantes pures et naturelles, mais sauvages et donc non certifiées).

 

LES AUTRES CATÉGORIES D’INGRÉDIENTS

  • Les huiles modifiées:

Il ne faut pas confondre ces molécules naturellement présentes dans les huiles essentielles avec ce qui est notifié ainsi : Caprylic Capric Triglyceride, Coco Caprylate Caprate, Decyl Oleate, Dicaprylyl Ether, Isopropyl Palmitate, Octyldodecanol, Oleyl Erucate, Oleyl Linoleate… qui sont des huiles modifiées, largement utilisées en cosmétique même bio, que nous refusons pour notre part d’utiliser car elles sont totalement dénaturées.

  • Les huiles hydrogénées:

Ou encore : Hydrogenated, Dihydrogenate, Bis-Dihydrogenate, PEG (nombre)-Hydrogenate, Squalane… qui sont des huiles hydrogénées, elles aussi largement utilisées, que nous refusons également car elles ne présentent au mieux aucun intérêt pour la peau.

  • Les émulsifiants:

À ne pas confondre enfin avec la catégorie des émulsifiants qui peut comprendre des ingrédients nommés ainsi : PEGs et dérivés de PEGs, Composés comportant le suffixe -eth (Sodium laureth sulfate…), Composés comportant le suffixe -oxynol (Nonoxynol-9 phosphate…), Composés comportant le préfixe hydroxyethyl- (Hydroxyethyl cellulose), Polysorbates, Polysilicones. Nous n’utilisons pas non plus d’émulsifiants dans nos formules.

 

POURQUOI DES APPLIS COSMÉTIQUES NE PEUVENT DONNER UNE INFORMATION JUSTE ?

Parce qu’elles sont simplistes et subjectives !

L’algorythme se contente de repérer dans la composition les mots qui font partie de la liste que la personne qui a créé l’appli trouve discutables. On pointe donc seulement les ingrédients dits “mauvais”, et encore sans connaissance complète, puisqu’en l’occurence les “allergènes” sont autant visés comme “à risque” que des composants réellement controversés. Ces molécules, qui peuvent être naturellement présentes dans les huiles essentielles, sont malheureusement ici de “faux ennemis”.

De plus, aucune attention n’est donnée aux bons ingrédients, aux actifs. Ainsi, un produit aux ingrédients basiques de qualité médiocre, ne contenant pas d’ingrédients dits allergènes mais ne contenant pas non plus d’actifs ou très peu, obtiendra une bonne note.

Ces applis ne prennent pas en compte la globalité de la formule, et c’est logique.

Même si l’intention d’informer les consommateurs peut être louable au départ, un algorythme ne pourra pas rendre compte de la complexité d’une formulation.

Le choix d’ingrédients sains est primordial, mais ce sont ensuite les proportions, les effets de la combinaison de plusieurs ingrédients formulés ensemble, la présence d’ingrédients complets ou dénaturés, la qualité et les vertus de chaque ingrédient, qui feront la qualité et l’efficacité d’un cosmétique.

Bien respirer... vital, joyeux et facile.

lundi, 01 octobre 2018 08:01

La respiration c'est la vie. Du premier cri du nouveau-né jusqu'à notre dernier souffle, respirer c'est vivre. C'est un processus réflexe qui ne demande aucun effort. Cependant, en termes de qualité et de qualité nous utilisons notre pouvoir respiratoire seulement au quart de ses possibilités. Naturellement la respiration se fait par le nez mais que se passe-t-il lorsque cette voie est obstruée ? L'approche ayurvédique de la respiration invite à des soins quotidiens pour une respiration efficace, plus facile et vivifiante.

 

Respirer est la fonction vitale par excellence. On peut vivre sans boire pendant plusieurs jours et très longtemps sans manger mais on ne peut survivre que quelques petites minutes sans respirer. La respiration est instinctive, elle s'active sans y penser, sans le souhaiter et la plupart du temps sans effort.

 

Le nez.

Le nez est le maître de la respiration et en tout cas de l'inspiration. Lui seul est capable, grâce aux petits poils qui tapissent les parois, de filtrer les impuretés et de les empêcher d'entrer dans de cerveau et les poumons. C'est lui aussi qui tempère l'air ambiant de façon à ce que sa température ne heurte ni le cerveau ni les poumons. Il capte la consistance de l'air et des odeurs, transmet les informations et éventuellement lace des alertes. Il veille sur la qualité de l'air entrant. Sa fonction est de première importance et pour cela, il dispose de deux narines qui fonctionnent en alternance.

Selon l'Ayurvéda, quelques pratiques simples et faciles à mettre en place peuvent nous aider à maintenir une bonne fonction respiratoire.

 

Merci de ne pas encombrer.

Le mucus qui éventuellement encombre le nez est produit dans l'estomac. Il est le résultat plus ou moins rapide, collant et volumineux d'une indigestion.

Nous sommes tous uniques et hautement influencés par notre environnement. Cependant, sous nos latitudes et spécialement en France, c'est la consommation de produits laitiers le soir qui en est la cause la plus commune. 

Il ne s'agit pas du lait proprement-dit qui lui, consommé chaud et parfumé, vient rassurer un estomac inquiet et faciliter l'endormissement. Il s'agit de tous les yaourts, crèmes dessert ou glacées, les fromages, sans distinction de région, ou de qualité car ils sont trop denses, lourds, crémeux, salés, réfrigérés,secs pour que nous puissions les digérer correctement. Leur consommation le soir, au dîner, alors que le pouvoir digestif a décliné et que l'heure de coucher est proche, engendre des toxines dans le système digestif qui se manifestent au matin (ou durant la nuit) sous forme de mucus dans les voies respiratoires.

 

Défendre et favoriser.

Cela fait partie de l'hygiène de base selon l'Ayurvéda de nettoyer et prendre soin chaque matin des sept orifices de la tête. En ce qui concerne le nez, les techniques varient selon la personne, la saison et l'environnement. Cependant, il semble que tout le monde puisse bénéficier d'un petit automassage quotidien des narines. C'est très facile et plutôt agréable puisque lorsque nous étions enfants, nous le faisions, sans y penser jusqu'à ce que nos parents nous grondent et nous l'interdisent.

Il s'agit de se masser doucement l'intérieur des narines avec le petit doigt. L'ongle sera court, propre et inoffensif car la muqueuse nasale est très fragile. Seul l'abord immédiat des narines est concerné. Il n'est pas recommandé d'entrer profondément dans la cavité nasale. Le bout du doigt aura été au préalable trempé dans un corps gras.

L'Ayurvéda offre un immense éventail d'huiles spécifiques et de préparations à base de plantes, adaptées aux besoins de chacun. Pour commencer et rester simple, l'huile de tournesol sera choisie pourvu qu'elle soit bio, première pression à froid et utilisée tiédie au bain-marie ou rapidement réchauffée en la faisant tourner dans le creux de la main.

Dans ces conditions, masser lentement et en petits mouvements circulaires, une narine puis l'autre, apporte une sensation de détente et une lubrification des muqueuses qui vivifient la respiration.

Le soin s'achève par une douce mais profonde inspiration de contentement et un sourire !

 

Inviter l'Energie Vitale chaque matin, pratique du bien-être.

  • Debout, les pieds quelque peu écartés, prenez bien votre ancrage dans le sol en faisant basculer votre corps pour sentir vos points d'appui sous vos pieds, écartez les doigts de pieds et dépliez toute la voute  plantaire.
  • A partir des pieds, remontez mentalement le long de votre corps... les chevilles, les genoux puis les hanches et enfin les épaules et la nuque puis relâchez les bras et suivez-les jusqu'au bout des doigts.
  • Vous êtes debout, stable sans tension ni intention particulière.
  • Gardez les yeux ouverts, regardez droit devant vous et expirez profondément par la bouche. Il s'agit d'une véritable intention de vider vos poumons mais sans forcer. Puis laissez l'inspiration par le nez se faire comme une réponse naturelle et agréable et sentez l'air inspiré se répandre à l'intérieur de vous-même.
  • Expirez de nouveau intentionnellement par la bouche et recommencer une autre inspiration nourrissante et réjouissante.
  • Faites le trois fois, pas plus.
  • Il ne s'agit pas de force, ni de quantité, ni d'intensité: il s'agit de respirer trois fois de suite en pleine conscience. Puis revenir à une respiration "normale" sans bouger, encore quelques instants, avant de reprendre vos activités.
  • Ce sera votre rendez-vous quotidien avec l'Energie Vitale.

 

Rafraîchir son mode de vie.

lundi, 10 septembre 2018 07:07

On éprouve parfois le besoin de respirer un air nouveau. Sans chambouler toute sa vie pour autant. Briser les routines bien établies de notre quotidien avec de petits riens, une habitude plus saine ou un plaisir futile suffit souvent à se sentir mieux, plus disponible et épanoui. Mais alors, qu'est-ce qui nous empêche de passer à l'acte ?

 

Après le repos estival, la rentrée invite à prendre un nouveau départ. Mais plutôt que de retrouver nos marques, nous aspirons parfois à faire bouger les lignes de notre existence,  à rénover notre quotidien. Opérer un grand tri dans sa garde-robe, se lancer dans des recettes de cuisine exotiques, se lever dès l'aube, visiter une expo entre midi et deux... Il ne s'agit pas véritablement de bonnes résolutions qui relèveraient d'une contrainte, mais d'un besoin de se soustraire à une sensation d'usure, à cette lassitude de vivre trop étriquée. Cependant, le stress et les injonctions qui nous ont adressées dès notre enfance nous maintiennent dans l'inaction.

Prenons donc conscience de ces programmations intérieures ! Car c'est d'abord en se mettant à l'écoute de soi que l'on parvient à améliorer sa qualité de vie.

De nombreux élixirs floraux favorisent cette introspection, et certains nous délivrent des ordres parentaux plus ou moins implicites dont nous n'avons pas réussi à nous affranchir. Penser aux autres, par exemple, est une bonne chose quand on pense aussi à soi. En agitant ses clochettes d'un blanc immaculé, le muguet tente-t-il de nous ramener à nous-même ? En élixir, cette fleur au parfum tonique que tout enfant dessine avec candeur libère des conditionnements extérieurs afin de renouer avec la spontanéité et l'insouciance. Poussant dans les bois clairs, elle invite à s'autoriser ces bouffées d'air frais qui donnent la sensation de neuf que l'on recherche.

 

Passons à l'action !

L'ipomée, elle aussi, , nous interpelle. Quand nous trouvons des explications rationnelles pour reprendre au plus vite des habitudes qui nous étouffent, cette fleur remet les pendules à l'heure. Sa vibration énergétique indique la voie d'un nouveau rythme à adopter, plus proche d'un mode de vie sain et en phase avec notre nature profonde. Passons à l'action !

Pour introduire un changement, il faut le vouloir. Voter "pour" en son for intérieur. Anti-inertie, l'élixir de Cayenne, tel le piment, ravive la flamme de l'entrain et favorise l'expression de la personnalité. Stimuler l'affirmation de soi donne de l'audace et permet de reprendre confiance en sa propre capacité à bousculer les codes de sa vie.

Le stress est évidemment le principal frein qui nous empêche d'aller vers le renouveau. Et si nous écoutions davantage nos signaux corporels, comme le recommandent de nombreuses méthodes de bien-être ? Nos rougeurs ou nos frissons parlent de notre état intérieur. La capucine est souvent conseiller pour établir la communication corps-esprit. Cette fleur rouge-orangé à la saveur poivrée ramène au premier plan la nécessité de disloquer tout ce qui enkyste notre existence.

D'ailleurs, accordons- nous des activités, même "futiles", elles permettent de redémarrer dur de bonnes bases. Avec l'élixir de zinnia, adieu tristesse et déprime ! Cette plantes aux tons vifs paraît un peu "folle" au milieu des autres fleurs. Sa touche "bling-bing" apporte un brin de légèreté et d'humour dans un monde trop sérieux et son élixir transmet aussi cette frivolité. Mais la futilité n'empêche pas la qualité.

 

Apprécier les belles choses. 

Aujourd'hui, hélas, la qualité de vie passe souvent après la capacité à être performant. L'élixir de lis martagon inverse la tendance. A l'image de ses étamines et de son pistil qui, tournés vers le bas et dégagés par des pétales recourbés en arrière, font tout pour se faire remarquer, il s'adresse à notre côté "guerrier". Mais par sa beauté, ce lis nous dit aussi de voir au-delà et d'aller vers la coopération, gage d'épanouissement. Un vrai changement de valeur !

Porter un regard neuf sur notre environnement incite à emprunter des chemins jusqu'ici inexplorés. Parmi les fleurs qui nous font éclore à nous-même, il y a l'iris. Sa signature énergétique renvoie à la beauté pourvoyeuse d'harmonie. Quand le sentiment d'avoir une vie terne nous tenaille, elle restaure la capacité d'apprécier les belles choses, procurant alors un sentiment de joie qui incite à se renouveler. Développons notre fibre créative ! 

L'élixir de bouleau inspire un changement de "saison" intérieur. Il aide à trouver des idées pour dépasser une vie routinière insatisfaisante.

Cependant, dans une société assoiffée d'innovation, certaines personnes sont toujours à l'affût des dernières modes. Que compense cette quête effrénée ? L'élixir de pétunia calme leur ardeur au profit d'un recentrage sur soi. Si le feuillage collant de cette star des balcons offre une métaphore de choix à leur tendance à vouloir coller aux nouveautés, sa fleur en forme d'entonnoir pourpre, rose ou blanc ramène vers le cœur et la sagesse. Car l'air de rien, cette aspiration au changement nous recentre avant tout sur nos valeurs, pour que nous puissions ensuite construire un nouvel équilibre plus proche de notre vraie nature.

Depuis leur découverte par le Dr Bach, les élixirs floraux soulagent les maux de l'âme et du corps. Elles jouissent désormais d'une grande popularité, même si des validations scientifiques manquent encore à cette thérapie trop souvent associée à un effet placebo. Pourtant, de récentes études venues de Cuba pourraient changer la donne.

 

Cela ne vous a sans doute pas échappé, les fleurs de Bach sont partout: pharmacies, magasins bio, et même dans les rayons de supermarchés. D'après la Fédération Française des fabricants, importateurs et distributeurs d'élixirs floraux plus de 2 millions de flacons sont vendus chaque année dans l'Hexagone.

Sans contre-indication ni effet secondaire, les élixirs floraux sont aussi compatibles avec toutes les autres formes de thérapies  dont elles potentialisent les effets. Des qualités qui n'ont pas échappés aux professionnels de santé qui les intègrent de plus en plus dans leur pratique.

La France est d'ailleurs le pays qui compte le plus grand nombre de conseillers agrées par le centre Bach de Grande-Bretagne. Malgré ce plébiscite populaire, la thérapie florale peine à se faire une place dans notre système de santé et n'a pas encore la reconnaissance dont bénéficient d'autres approches alternatives telles que l'homéopathie ou l'acupuncture.

 

Dans d'autres pays, les autorités ouvrent pourtant leurs bras aux thérapies florales. L'Equateur les a inscrites dans sa constitution depuis 2009 et le Chili, a reconnu les élixirs floraux début 2017. Sur quelles preuves ces pays se sont-ils fondés pour reconnaître l'efficacité des élixirs floraux ? Des études cliniques en provenance de Cuba apportent de nouveaux éléments. Grand pôle de formation et de recherche pour les médecins d'Amérique latine, Cuba est d'ailleurs en pointe dans certains domaines tels que la dermatologie ou la neurologie.

Arrivés sur l'île dans les années 1990, les élixirs floraux ont fait leur entrée à l'université cubaine dans les années 2000. Médecins et psychologues ont alors été formés à leur utilisation classique, c'est-à-dire en choisissant leurs fleurs en fonction des émotions exprimées. 

 

 

A la demande des autorités de santé, les médecins cubains formés aux thérapies florales ont également été encouragés à mettre en place des études cliniques sur le terrain fin d'évaluer l'efficacité de la méthode. Ces données sont très précieuses, et trop rares en Europe faute de budget recherche suffisant, car la plus petite de ces études coûterait 100 000 euros.

Ainsi, entre 2003 et 2011, c'est plus d'une soixantaine d'études cliniques qui ont été menées au sein de plusieurs institutions, dans des domaines très variés: maladies chroniques, troubles psychologiques, ou encore éducation des enfants. Et les résultats sont très encourageants, à tel point que le traitement par florithérapie s'est rapidement généralisé dans l'île, en complément de thérapies plus conventionnelles.

Une étude a montré que les patients souffrant d'hypertension pouvaient stabiliser la maladie et réduire leur traitement allopathique en quelques mois de prise florale régulière. Par exemple, 18,2% des patients traités par thérapie florale n'ont plus eu besoin de bêta-bloquants, et 36,3% ont pu réduire les doses.

Dans ce même groupe de patients, des mesures régulières de la tension ont permis d'observer une diminution moyenne de la valeur basse et haute de leur tension au bout de 6 mois.

Quand on sait qu'une diminution de la tension réduit de 14% le risque de d'infarctus du myocarde et de 9% le risque de maladie cardio-vasculaire, on peut considérer que l'effet des fleurs mérite notre attention.

 

 

Effet placebo ? Il ne s'agit probablement pas d'un effet placebo, car le études ont été menées en double aveugle, c'est-à-dire sans que le patient ni le soignant ne sache si le traitement administré contenait véritablement le mélange de fleurs...

Quant aux patients traités par le placebo, ils n'ont pas connu d'amélioration notable de leur état. 

Une autre étude montre quant à elle que la prise de Crab Apple, l'élixir du pommier sauvage, est plus efficace que les antibiotiques pour résorber les abcès dentaires aigus. En effet, 94% des patients traités par thérapie florale étaient guéris au bout de 7 jours, contre seulement 57% de ceux qui avaient été soignés par antibiothérapie.

Un premier pas très intéressant alors que se multiplient les cas de d'antibio-résistance. A noter qu'une fleur unique, choisie pour ses qualités de "nettoyage" est donnée à tous les patients. C'est la démonstration que les élixirs floraux peuvent aussi fonctionner lorsqu'on les associe à des symptômes physiques, et pas seulement sur la base d'une écoute émotionnelle, parfois difficile à mettre en place au sein du milieu hospitalier.

 

Les études se poursuivent, à l'initiative du Groupe scientifique de recherche du système diagnostique et thérapeutique d'Edward Bach, qui cherche dorénavant à publier ses travaux dans des revues de plus grande portée scientifiques, à l'image de la toute dernière étude sur l'inflammation du canal carpien.

Une démarche qui pourrait inspirer d'autres équipes de recherche à travers le monde, et surtout contribuer à la reconnaissance des thérapies florales en tant que médecine complémentaires de qualités.

 

Pour aller plus loin: découvrez mes massages prodigués aux huiles de Fleurs de Bach http://www.devansens.com/#section2 .

Histoire des bols chantants.

jeudi, 05 juillet 2018 09:03

Histoire des bols chantants.

Les bols chantants originaires de la région de l'Himalaya sont maintenant de renommée mondiale pour leur effet curatif.  Le chant traditionnel bouddhiste des bols chantants a vu le jour plus de 3000 ans auparavant. Ils sont produits dans tout le Tibet, l'Inde et le Népal. Les bols chantants sont souvent désignés comme un outil mystérieux de la méditation non seulement pour leur extraordinaire pouvoir de guérison, mais aussi parce qu'il est supposé être un secret bien gardé des pratiques bouddhistes

Ils sont largement utilisés depuis des siècles au Népal et au Tibet surtout par les moines bouddhistes pour la méditation, la musique cérémonielle religieuse, les offrandes rituelles traditionnelles, feng shui,  comme instruments de musique traditionnels, pour la guérison, la sonothérapie, en massage et la mise en équilibre ou harmonisation des chakras.

Mais aussi comme ustensile de cuisine par les foyers tibétains et népalais, ainsi de vieux bols peuvent être récupérés pour la revente. Les femmes enceintes notamment mangeaient dans ces bols, surement pour apporter une purification à la nourriture.

Les bols sont aussi reconnus depuis longtemps pour la purification des minéraux utilisés en lithothérapie.

 

 

Il existe beaucoup de type de bols, certains avec moins de métaux, 3 ou 5, d’autres fabriqués industriellement, notamment les bols chinois qui n’ont pas la même qualité sonore et thérapeutique que les bols tibétains 7 métaux.

 

Je n'utilise pour mes soins que des bols artisanaux réalisés à partir d'une plaque d'alliage et façonnés au marteau.

La composition indicative des métaux est la suivante:

- Argent (la Lune) à 0.002%
- Cuivre (Venus) à 71,2%
- Etain (Jupiter) à 28.5%
- Fer (Mars) à 0.3%
- Mercure (Mercure) 0.01%
- Or (le Soleil), 0,0001%
- Plomb (Saturne) à 0,001%

 

Certains bols antiques notamment ceux fabriqués au Tibet, ont une couleur plus "grise" que "dorée", car le fer et l'étain y sont plus présents dans leur composition. De plus les Tibétains utilisaient une météorite féreuse uniquement présente dans leur région, qui conférait selon la légende, une énergie plus importante.

Les bols sont aussi utilisés pour nettoyer les pièces de leur énergie négative, tel les encens empêchent la prolifération des virus, les bols de par leur magnétisme nettoient l’environnement d’une pièce pour une meilleure circulation de l’énergie.

Ils peuvent être placés dans la pièce principale, prêt de l’entrée, pour protéger des ondes négatives.

 

En frappant les bols chantants avec le maillet j'obtiens des ondes sonores qui créent une connexion céleste avec les chakras.

La signature des bols contient également des substances cristallines qui communiquent avec la matière cristalline du corps humain comme le sang, les os et l'ADN.  Le corps humain contient des cellules qui vibrent à des fréquences particulières et, notamment, les ondes sonores.

 

Les bols chantants sont un moyen de se détendre, de calmer l'esprit et de garder la haute énergie pour assurer la sérénité.  Les thérapeutes du son à travers le monde ont reconnu les prouesses de guérison du chant des bols de l’Himalaya. Ils y intègrent le pouvoir de guérison mystique avec le raisonnement scientifique dans le processus de guérison.

 

Les bols et les chakras :

Les bols chantants émettent une vibration qui est ressenti par notre corps, notamment au niveau des points d’énergies que sont les chakras.

Il faut savoir que le son traverse plus facilement l’eau que l’air, le corps humain étant constitué en grande partie d’eau, cela explique aussi pourquoi notre corps est si réceptif au son des bols chantants.

Chaque chakra correspond à certains organes, on comprend mieux pourquoi le son, la vibration du bol chantant peut apaiser nos maux en transitant par ces points d’énergie.

Un son grave correspond aux chakras inférieurs ( racine …) et inversement un son aigu aux chakras supérieurs.

Plus on avance dans le temps avec un travail des bols sur les chakras, plus notre élévation spirituelle s’accomplie, de chakras en chakras une harmonie, une plénitude s’installent quand le travail est fait dans l’ordre.

Histoire du soin Tibétain aux bols chantants.

mercredi, 04 juillet 2018 16:12

Le massage Tibétain est un soin complet aux nombreuses propriétés bienfaitrices, qui améliore la santé physique et émotionnelle. Sa principale particularité réside dans le fait qu'il est sonore.

Le soin Tibétain appelé aussi massage aux bols chantants, intègre en effets des ondes sonores, chargées de rééquilibrer énergétiquement notre corps.

 

Les origines du soin Tibétain remontent à l'ancien royaume du Tibet, il y a plus de 3 900 ans.

C'est une pratique de la tradition Tibétaine pour traiter les déséquilibres énergétiques. Des branches d'arbres, des bâtons et des pierres étaient utilisés dans la thérapie pour exercer des pressions sur différents points du corps dans le but de ramener santé et bien-être.

Ce soin comprend l'utilisation de tingsha et bols chantants ainsi que de pressions exercées par le bout des doigts sur différents points et canaux énergétiques.

Les bienfaits reconnus de ce soin sont l'élimination des toxines, accumulées dans le corps, l'accroissement de la vitalité, la diminution et le soulagement de diverses douleurs et l'apaisement des troubles nerveux dont l'insomnie et l'anxiété.

 

Le soin Tibétain permet avant tout de retrouver l'harmonie et l'équilibre énergétique entre votre corps et votre esprit. 

Grâce aux ondes sonores que vous recevez par les bols chantants,la pression de mes doigts sur vos points énergétiques, vos tensions, stress, fatigue et désordres émotionnels sont évacués.

Il est particulièrement conseillé pour retrouver une bonne vitalité.

De belles jambes toniques.

mercredi, 27 juin 2018 10:08

Veines disgracieuses, cellulite, peau sèche...autant de phénomènes particulièrement gênants à l'approche de l'été. Afin d'y remédier, je vous propose une synergie d'huiles essentielles et végétales au triple rayon d'action: hydratation de la peau, circulation sanguine et lymphatique, élimination des cellules graisseuses. Pour de belles jambes à la peau lisse et ferme.

 

Avec le retour de l'été, les jambes se mettent à nu. Une inspection en bonne et due forme de cette région du corps quelque peu délaissée durant l'hiver révèle parfois quelques détails à corriger. L'insuffisance veineuse est un problème de santé assez fréquent qui tend à s'aggraver avec les chaleurs estivales. Elle peut s'accompagner de phénomènes disgracieux, comme les varices, mais aussi favoriser la rétention d'eau et le syndrome bien connu des jambes lourdes. Au niveau des tissus graisseux, la cellulite se loge principalement au niveau des cuisses, des hanches et des fesses.

Pour obtenir des jambes douces et lisses, il est essentiel que le peau soit correctement hydratée. Justement, certaines huiles essentielles (HE) et végétales (HV) bien ciblées vont nous aider à résoudre ces problème et à conserver de jolies jambes.

Une bonne circulation sanguine est un atout pour rester en bonne santé. Si des fragilités viennent à apparaître à ce niveau, il importe d'y remédier afin de limiter les conséquences sur l'ensemble du corps. Quand le sang stagne dans les membres inférieurs, cela se traduit dans un premier temps par une sensation de jambes lourdes. D'un point de vue esthétique, on peut alors voir apparaître à la surface de la peau des petits vaisseaux sanguins violacés en forme d'étoile appelés varicosités. Enfin, de plus gros vaisseaux peuvent se distendre, de façon importante et on note alors l'apparition de varices à l'aspect disgracieux. A ce stade, un suivi médical devient nécessaire pour contrôler l'évolution du mal.

 

Le duo myrte rouge et hélichryse.

C'est ici qu'interviennent les huiles essentielles. Elles vont favoriser une bonne circulation sanguine et lymphatique et, le cas échéant, limiter l'aggravation. L'HE de myrte rouge du Maroc agit favorablement sur la congestion veineuse et lymphatique. Elle est anti-œdémateuse,. Généralement très bien tolérée par la peau, elle permet dans certains cas de soulager le syndrome des jambes sans repos. Attention, il ne faut pas la confondre avec l'HE de myrte vert, qui se prête davantage aux soins visant la sphère respiratoire.

L'HE de myrte rouge s'associe fort bien avec l'HE d'hélichryse italienne (appelée couramment immortelle). Cette petite merveille aromatique venue de Corse n'a pas fini de faire parler d'elle, tant son action sur les capillaires sanguins est impressionnante. Cette HE permet la résorption rapides des hématomes. Notez qu'elle en prévient également l'apparition. Tout le système sanguin va bénéficier de cette HE qui répare et prend soin des capillaires en profondeur.

Appliquée régulièrement, cette HE est en mesure de gommer les varicosités apparues sur les jambes. De quoi vous encourager à en faire bon usage. Afin de parfaire la synergie, il est intéressant d'utiliser un excipient actif comme l'huile végétale de calophylle, appelée aussi huile de Tamanu. Produite à Madagascar et à La Réunion, mais aussi en Polynésie, cette HV déborde de bienfaits pour notre corps.

Gardez à l'esprit qu'une mauvaise circulation sanguine et lymphatique peut engendrer une stagnation des cellules graisseuses. La peau prend alors un aspect irrégulier, notamment au niveau des cuisses, des hanches et des fesses. Une faiblesse du foie et un terrain hormonal à corriger peuvent aussi jouer un rôle dans cette tendance au stockage des graisses. Pour aider à supprimer cette peau d'orange, l'HE de romarin à verbénone, est tout à fait indiquée. Elle va favoriser l'élimination des cellules graisseuses.

En complément, il peut être judicieux de drainer le foie avec cette HE en l'associant à celle du citron zeste. Tous ces conseils s’accompagnent bien évidemment d'une alimentation saine et équilibrée, mais aussi d'une activité physique régulière.

 

Un travail d'hydratation en profondeur.

Enfin, une des clés de réussite pour de jolies jambes est de bien hydrater et nourrir votre peau. En cas d'irritation cutanées liées à une sécheresse importante, le soin aromatique a également pour objectif de réparer les tissus. L'HE de géranium rosat est tout à fait adaptée à la situation. En provenance d'îles telles que Madagascar et La Réunion, mais produite aussi en Egypte, cette HE finalise la formule aromatique avec succès en régulant le sébum et en raffermissant la peau. Grâce à ses propriétés cicatrisantes, elle contribuera à atténuer les vergetures inesthétiques. 

Dans un travail d'hydratation, en profondeur, le recours aux HV se révèle judicieux. L'HV d'argan nourrit votre peau tout en aidant à la raffermir et à la régénérer. On peut remarquer qu'elle présente une texture assez grasse et épaisse. C'est pourquoi il peut être intéressant de l'associer à une autre HV, plus légère. Le macérat huileux de carotte est à cet égard tout indiqué, et présente une autre vertu fort appréciable en été. Grâce à ces bêta-carotènes, vous allez obtenir un léger teint hâlé au fut et à mesure des applications. En amont de l'exposition, l'HV prépare votre peau; après, elle prolonge votre bronzage.

Cette formule aromatique s'applique régulièrement tout au long de l'année. Elle exerce aussi une action anti-oxydante qui vous permettra de limiter le vieillissement cellulaire dû à l'exposition au soleil et donc, l'apparition des taches brunes. Prudence toutefois, cette formule ne protège pas du soleil et ne remplace pas les crèmes solaires.

Pour faire face aux vicissitudes de la vie quotidienne, rien de tel qu'un massage. L'art de guérir le plus ancien est en effet reconnu pour nous apporter de nombreux bienfaits. 

La pratique ne date pas d'hier puisque l'on trouve des massages dès 3000 ans avant Jésus-Christ. Ils étaient ainsi préconisés dès l'Antiquité dans de nombreuses situations.

  • Avant et après leur combat, les gladiateurs recevaient des massages pour les aider à récupérer plus vite et éviter les douleurs musculaires.
  • Chez les Grecs et les Romains, ils étaient prescrits dans un cadre médical pour favoriser la guérison et prévenir certaines pathologies. Hippocrate lui-même considérait que tous les médecins devaient savoir pratiquer des massages.

Au fil du temps, certains peuples ont fait des massages une pratique quotidienne parfaitement intégrée dans leur mode de vie. En Inde par exemple, les enfants sont énormément massés. Idem dans certains pays d'Afrique. Et à Tahiti, les piroguiers sont soulagés de leurs courbatures par un massage connu maintenant sous le nom de Lomi-Lomi.

 

En Occident, le massage a longtemps été délaissé au profit de la médecine allopathique (les médicaments). Mais peu à peu, il est revenu par le biais d'une approche globale sur l'être entier. Soumis au stress d'un mode de vie ultra-connecté et exigeant, le massage apparaît désormais comme un moment de bien-être.

 

Le massage Californien.

Apparu au début des années 1970, le massage Californien est une approche globale qui vise autant à la détente que l'éveil d'une conscience psychocorporelle. 

Ma technique combine douceur et démarche intérieure. Il est souvent utilisé comme complément au travail psychothérapeutique. Partant d'effleurages doux, enveloppants et relaxants, mes manœuvres s'enchaînent et s’intensifient pour soulager des tensions plus profondes. Cela peut faire surgir et libérer des émotions cachées, inscrites dans la mémoire corporelle.

Plus la personne massée s'abandonne, plus elle s'ouvre à ce que le massage Californien qualifie de toucher du cœur.

 

Les bienfaits des massages.

Quand on parle de massage, on peut également parler de massothérapie. Cette technique joue en effet sur l'ensemble du corps et les bienfaits peuvent donc être aussi bien physiques que psychologiques.

Sur le corps:

  • Après une séance de sport, un massage permet l'élimination des toxines musculaires, dont l'acide lactique. Le corps détendu musculairement peu alors mieux récupérer, sans douleurs ou presque.
  • Il permet également d'oxygéner les muscles et les tissus. La circulation sanguine est améliorée et le corps retrouve sa vitalité.
  • Il améliore également la circulation lymphatique ce qui a pour effet de favoriser l'action du système immunitaire.
  • En relâchant certains muscles et en baissant le niveau de stress, le massage est aussi bénéfique sur les capacités respiratoires. Résultat: l'oxygénation et la nutrition des cellules va augmenter.
  • Le massage a également une action sur la digestion. Les tensions de l'appareil digestif sont réduites et les organes de la digestion retrouvent leur vitalité.
  • Il favorise également le fonctionnement des articulations par une amélioration de la flexibilité des ligaments et des tendons.
  • Au cours du massage, la sécrétions d'endorphines est améliorée et le sommeil devient plus serein.
  • La peau aussi retrouve tonus et beauté.
  • Enfin, de manière générale, vous sentez un accroissement global de l'énergie et vos points d'énergie sont stimulés.

 

Dans la tête:

La relaxation du corps permet également une relaxation du psychisme. Lors d'un massage, vous faîtes le vide et vous vous concentrez sur différentes zones du corps. Le temps d'une séance, vous mettez donc de côté vos tracas du quotidien et vous vous laissez aller entre mes mains.

C'est un bon moyen de vous libérez de votre fatigue nerveuse et d'évacuer le stress. 

2016 DevaNsens