DevaNsens
massages bien-etre
My video

Détecter les troubles alimentaires chez l'adolescent.

mercredi, 15 novembre 2017
Rate this item
(1 Vote)

Découvrez les signes qui doivent alerter les parents et les mots à dire ou ne pas dire pour aider l'enfant.

 

Les troubles du comportement alimentaire sont en lien avec l'image du corps, particulièrement vulnérable au moment de l'adolescence, mais aussi chez certains plus jeunes enfants. Si les facteurs favorisant l'apparition de ces troubles sont variés, il est important de savoir déceler assez vite, chez son enfant, une conduite alimentaire inadaptée pour éviter de le laisser s'engouffrer dans une spirale destructrice à long terme pour son équilibre psychique mais aussi staturo-pondéral.

 

L'adolescent ne participe plus aux repas.

Un enfant qui ne veut plus manger peut avoir des soucis temporaires à l'école, avec ses amis ou en famille et cela peut correspondre à un mal-être passager. Mais si ce comportement perdure et s'accompagne d'une perte de poids, il faut s'interroger. Une cassure dans la courbe de croissance liée à une perte de poids importante chez un adolescent en croissance est un signe que les apports énergétiques sont insuffisants. Il convient alors de comprendre pourquoi avec son enfant, et de le rassurer en lui disant par exemple que "manger", c'est se nourrir et non pas "grossir". Il faut éviter le prononcer le mot d'anorexie car ces mots dramatisent la situation.

 

L'adolescent se surinvestit dans la préparation des repas mais ne mange pas.

A l'inverse, un adolescent qui se passionne pour la cuisine peut être une bonne chose. Mais si il ne donne à manger qu'aux autres, en s'oubliant, et s'il perd du poids, alors il faut discuter avec lui, le remercier pour son aide, tout en lui faisant comprendre que manger est nécessaire pour être en forme et pour tout le monde !

 

L'adolescent passe son temps aux toilettes.

Généralement, c'est le signe que l'adolescent va se faire vomir après les repas ou même pendant. Les vomissements répétés peuvent aussi marquer le visage, la bouche, abîmer les dents (en raison de l'acidité gastrique qui attaque l'émail) et gêner la déglutition.

 

L'adolescent se trouve trop gros.

ll est important d'entendre ce que dit son enfant et de lui dire qu'il est possible de trouver des solutions ensemble. Un bilan diététique et nutritionnel permet de calculer les apports nutritionnels et de vérifier s'ils sont déséquilibrer. Souvevnt un rééquilibrage alimentaire permet de revenir à l'équilibre staturo-pondéral. En revanche, si les apports alimentaires sont hyper-énergétiques et si certains aliments sont consommés en cachette des parents il y a lieu de se poser des questions sur le mal-être de l'enfant.

 

L'adolescent fait tout le temps du sport.

Pour lutter contre l'obésité, encourager à avoir une activité sportive et une alimentation équilibrée est une attitude bénéfique. En revanche, dès que l'on s'aperçoit que le l'adolescent connaît les apports caloriques de tous les aliments qu'il ingère et ses dépenses énergétiques, commencez à vous poser des questions sur son investissement sportif et son rapport à la nourriture. Envisagez alors une prise en charge afin de l'aider.

 

Les placards sont toujours vides.

Les besoins énergétiques d'un adolescent sont très importants. Une demi-baguette de pain par jour plus une bonne assiette de féculents midi et soir sont des apports habituels. Mais, si e, pus, l'adolescent vide les placards et que son poids évolue, il faut entamer le dialogue et lui poser des questions sur la raison de la disparition de nourriture, sans le culpabiliser.

 

Les erreurs à éviter.

Face au trouble de son enfant, vous pouvez vous sentir démuni et faire des erreurs sans le savoir.

Ce qui'il ne faut pas faire:

  • Nier l'évidence d'un comportement anormal.
  • Cristalliser sur l'attitude de son enfant.
  • Excuser le comportement de son adolescent.
  • Le culpabiliser.
  • Avoir des paroles blessantes.
  • Poser un auto-diagnostic.

 

Comment se faire aider ?

Je vous conseille d'abord de régler le problème en famille en ayant les mots justes: "Qu'est-ce-qui ne va pas ?", "Comment puis-je t'aider ?", "Ton poids m'inquiète, je suis là si tu as besoin ou si tu préfères, tu peux consulter un professionnel." Et si chez les parents, le sentiment d'impuissance domine, il peut-être utile de se faire aider par un thérapeute. Pour l'adolescent, consulter un diététicien lui permet parfois de se confier sans la peur du psychologue. Mais il important qu'il y ait une prise en charge pluridisciplinaire avec les deux professionnels de la santé pour suivre au mieux l'enfant.

 

Si les filles se font plus volontiers vomir pour compenser leurs apports alimentaires excessifs en cas de boulimie, ou pour perdre encore plus de poids en cas d'anorexie, les garçons ont tendance à se surinvestir dans la pratique intense du sport. Dans ce cas, il convient de dire à son enfant que, si l'on comprend son besoin de faire du sport pour sa santé, cela ne doit pas être son unique occupation, qu'il doit trouver le juste équilibre entre les amis, les études et la famille. En revanche, s'il envisage une carrière professionnelle, une filière sport études peut être évoquée. Il faut aussi lui expliquer que manger est nécessaire pour réaliser de bonnes performances, et que ses apports nutritionnels doivent être spécifiques pour éviter les blessures, Et rappelez-lui que même les athlètes ont des jours de repos afin de laisser au corps le temps de récupérer.

Read 54 times
le dernier article dans cette catégorie « La détente, nouveau Graal de la minceur.
2016 DevaNsens